Le libre au service des plus démunis, ou l’humanisme au programme de la biennale !

Photo: Patrick Sanfaçon

Photo: Patrick Sanfaçon

Il y a des contacts qui touchent parfois plus que d’autres. Pris de le tourbillon de la préparation de la biennale de la m@ison, entre coup de fil pour s’assurer de la présence d’un tel, les soucis de ne rien oublier, la conversation que j’ai eu ce matin avec Jean Claude Desrousseaux m’a fait un bien fou ! En tout cas celui-ci me rappelle toujours et encore qu’il est important de ne pas perdre de vue le sens de nos missions.

C’est Jean Yves Royer,  ce passionné du libre et homme si sensible à la qualité des relations humaines qui  à sollicité monsieur Desrousseaux pour la table ronde intitulé  » le libre dans tous ses états ». Il m’a mis en contact pour voir si  sa présence était opportune à la biennale. Monsieur Desrousseaux s’occupe de la sensibilisation aux TIC des publics de Notre Dame des Sans Abris de Lyon.

J’ai déjà lu ceci  dans un premier courriel de monsieur Desrousseaux :

« …. Mon expérience est très modeste, au niveau de la rue et d’un bric-à-brac, mais je suis tellement persuadé que l’esprit linux est une voie d’avenir qui dépasse largement le domaine informatique dans lequel il excelle, que je m’associe bien volontiers aux efforts de tous pour le faire connaître….  »

Qui ce penche un peu sur la question ne peut que valider ce propos. Car il suffit

pour comprendre qu’à travers le libre c’est bien la ré-émergence dans les rapports sociaux de valeurs humaines, telle la fraternité, la liberté, la solidarité, qui est en jeu.

L’action  de projet qui ne font pas la une des actualités, colloques et autres rencontres de spécialistes sont pourtant autant d’expériences concrètes riches d’enseignements.

Aussi quand monsieur Desrousseaux m’écrit : … Je suis un peu gêné d’intervenir car, si je vis avec linux depuis maintenant six ans, et que j’ai une grande admiration pour ceux qui ont rendu possible l’accès à un moyen si remarquable, je n’ai jamais participé à une rencontre. Mais je suis prêt, bien sûr, à apporter ma contribution. Dites-moi ce que vous attendez et je vous dirai comment je peux répondre à cette attente ? …j’ai envie de lui dire qu’on attend de lui qu’il nous parle au quotidien des atouts du libre et comment cela est vécu par ceux qui exclus de la société essayent souvent avec beaucoup de dignité de se sortir de leur situation, et  ce qui lui permet d’affirmer au regard de cette expérience concrète « … l’esprit linux est une voie d’avenir qui dépasse largement le domaine informatique dans lequel il excelle… »

J’attends avec beaucoup d’intérêt ce témoignage mais je ne doute pas qu’il nous permettra à tous de nous reposer les bonnes questions. Voilà une excellente raison de venir à la biennale !