Intelligence collective en pratique.

collective-intelligenceJe présentais, lors de la journée organisée en direction des ERIC sur la mise en place du pôle Ordi 2.0 en PACA, la démarche mise en œuvre par la m@ison de Grigny pour mettre en place la filière Ordinateurs Solidaires dans le cadre de sa fonction de Pôle Ordi 2.0 pour la région Rhône Alpes. Je fus,  je l’avoue, très touché par l’interpellation de plusieurs personnes après mon intervention soulignant la justesse de notre approche, notamment en s’appuyant sur l’expertise de ceux qui œuvrent déjà dans le domaine du recondionnement, de l’insertion professionnelle et de l’accompagnement aux usages des TIC.

Cette démarche n’est pas nouvelle pour la m@ison, c’est la même qu’avec Gilles et toute l’équipe nous avons appliquée pour bien d’autres projets. Elle mise sur l’intelligence collective considérant comme incontournable le vieil adage  » on est toujours plus intelligent à plusieurs » j’y rajouterais pertinant. La  notion d’intelligence collective fait l’objet de nombreux travaux scientifiques. Pour ma part je suis très attentif à sa mis en pratique.

Le principe:

  • éviter soit de réinventer la roue, soit de considérer que seul l’expertise de quelques uns peut suffire à créer le bon projet,
  • s’appuyer sur l’expertise des acteurs de terrain, acquise grâce à l’expérience et s’entourer de l’avis de personnes qualifiées dans le domaine.

Le mérite et la compétence du conducteur de projet est d’animer ce vaste remue-méninge en

  • veillant à ce chaque participant soit  suffisamment à l’aise pour contribuer,
  • reconnaissant et en prenant en compte les compétences acquises,
  • invitant chacun à imaginer sa place dans le dispositif.

Pour ce faire la clarté, la transparence et la rigueur sont les conditions nécessaires à la réussite de la démarche.

  • Clarté en affichant dès le début du travail les orientations et les objectifs fixés.
  • Transparence en ne biaisant pas les informations de façon à ne pas orienter le débat dans un sens qui nous  conviendrait.
  • Rigueur pour éviter que les débats et les propositions s’éparpillent et se délitent dans des propos qui ne mènent nulle part

Mon expérience à la m@ison et dans les autres fonctions que j’ai pu assumer m’ont convaincu qu’il n’y a, à ma connaissance, pas d’autres alternatives pour réunir les conditions essentielles à la réussite des projets. En reconnaissant l’expertise et l’expérience, ont permet à chacun d’être  pris en compte et participer à l’élaboration du projet. Dès lors chacun est prêt collectivement à le mettre en œuvre et affronter les éventuelles difficultés dues à la confrontation du réel.

C’est pour cela que pour ma part j’apprécie le « nous » lors de la présentation d’un projet dès lors qu’il est le signe de cette mise en pratique de l’intelligence collective.