Nécessaire utopie (suite):TIC et citoyenneté

dessin-utopie3À la demande de CORAIA,  je suis intervenu à l’occasion des rencontre des réseaux de espaces publics numériques de Rhône Alpes sur un atelier intitulé  » les EPN levier de l’intervention citoyenne ». J’avais préparé mon intervention sur la base des billets que j’ai rédigé sur ce blog. Je ne reviendrais donc pas sur le fond de mon propos. Mais cette intervention, le débat qui a suivi, a renforcé ma conviction sur la nécessaire utopie qui doit guider notre action.

Imaginons qu’un matin le monde se réveille avec la gueule de bois et décide de remettre les choses en ordre. Imaginons que les peuples ne supportant plus que l’argent roi guide toutes les décisions et les modes d’organisation, décident de remettre la réponse au besoin humain au cœur des préoccupations.

Alors on rêverait à ce:

  • que les progrès scientifiques permettraient enfin au plus grand nombre de travailler moins sans que le niveau de production des richesses ne s’en ressente et donc que le niveau de vie ne cesse de s’améliorer.
  • que les richesses produites seraient équitablement réparties
  • que ce qui devrait primer dans la révolution numérique que nous vivons serait, comme l’a si bien dit Véronique Kleck dans son livre « Numérique & Cie – sociétés en réseaux et gouvernance » ,  de remplacer le e- par le h- de humain’

Alors on pourrait imaginer que le temps libéré:

  • des tâches de travail pourrait être consacré à la formation,  que celle qui participerait à la culture générale, un temps de formation accru  permettant à tout un chacun de réfléchir et se forger son opinion sur les enjeux des tic et plus globalement sur l’évolution de nos sociétés.
  • des contraintes financières permettrait à tous de s’investir dans les formes divers de la citoyenneté.

Utopie certes, mais utopie nécessaire qui permet d’imaginer des actions concrètes au quotidien.

C’est ce point de vue que je ne cesserais de défendre. Une utopie qui nous permet d’imaginer une action qui est bien réelle et notamment pour guider celle des espaces publique numériques, devenant de véritable lieu de développement sociale, d’éducation populaire, permettant à chaque citoyen d’acquérir les minimum requis en terme d’usage des outils des TIC, de compréhension des enjeux et d’action au quotidien et ne pas attendre des lendemains qui chantent pour reconquérir de la citoyenneté.