TIC, solidarité, tiers et quart monde! Une évidence qui s’impose!

Il y a quelques années, lorsque j’évoquais le portail des solidarités, ou encore l’appropriation des TIC par les publics qui rencontraient de très grandes difficultés sociales, je me souviens des réactions d’intercoluteurs faisant gentiment comprendre que les priorités étaient ailleurs. Il est vrai que les associations de solidarités, elles mêmes , ne savaient comment ce situer.
Malgré cela nous avions à la m@ison initié le portail des solidarités. Certes ce ne fut toujours simple. C’était en 2004!

Aujourd’hui la situation est sans aucun doute différente. Les TIC s’imposent. j’ai déjà évoqué ici la soirée consacrée à ce thème lors de l’université populaire d’ATD quart Monde. Avec le dynamisme économique des pays émergeant (Inde, Brésil,….) le débat se situe maintenant en terme de développement mais également d’outil au service de développement de citoyenneté et de solidarité. Ainsi j’écoutais sur France Info le créateur du micro crédit et prix nobel de la paix Muhammad Yunu précisant que l’arrivée d’internet était une chance pour les habitants des pays en émergence. Chance car bien évidemment il permet de participer à la mondialisation de l’économie, mais également parce que internet donne de nouveau moyen d’expression, de formation d’accès à la culture et de participation citoyenne….

En déclarant ceci Muhamnad Yunu ne peut que conforter dans leurs convictions et la justesse de leurs actions tout ceux qui se battent depuis des années pour que les TIC ne soit pas réservé à une élite, à une vision exclusivement économique, mais soit également un outil permettant l’émergence de nouvelle citoyenneté, Je pense entre autre aux fondateur du Vecam. Cependant tout reste à faire. En France, toujours en référence à l’intervention à l’université populaire, mais également aux publics que nous cotoyons à la m@ison dans le cadre de projet comme Nafida, que l’accès au matériel, à internet reste difficile, alors que tous le signalent c’est devenu indispensable notamment pour trouver du travail. Le problème est sans doute encore plus aigu notamment en Afrique. Dans le cadre du projet de Portail des solidarité, je me suis rendu à Koupéla au Burkina Faso. Si le lycée était équipé l’accès à une connexion était de l’ordre de l’aventure. J’ai été reçu par le commissaire de la république, l’équivalent de notre préfet, et j’ai pu constater que le niveau d’équipement n’était même pas digne d’une de nos petite école de campagne.

La m@ison est engagée aux cotés de l’Agence Mondiale de Solidarité Numérique pour utiliser le matériel issu de grande entreprises pour aider à l’accès pour tous aux TIC en France et à l’étranger. De mon point de vue si cette initative est indispensable, il faut:

  • mobiliser plus largement toutes les bonnes volontés
  • le faire avec les public concerné en partant de leur besoins, de leurs préoccupations
  • en s’inspirant et en engageant des partenariats avec des expériences porteuses de savoir faire transmissible, je pense bien évidemment au CDI.