L’urgence d’accompagner la dématérialisation des services.

dematerialisationJ’ai participé ces derniers temps à des rencontres comme les Interconnectés ou bien encore la remise des labels Villes Internet. Les élus des collectivités territoriales sont présents en nombre dans ces rencontres. Ce qui a marqué les débats, contrairement aux années passées, c’est l’émergence de la nécessité d’accompagner les usages. Il était temps ! Car si la dématérialisation des services peut-être considérée comme un progrès, elle exacerbe aussi certaines inégalités !

En effet lors d’une réunion de l’équipe de la m@ison, Christian Combier (qui conduit pour la m@ison une mission auprès de l’ANPE de Neuville), relatait les propos de certains demandeurs d’emploi confrontés à la dématérialisation des services . Incapables d’accéder aux services en ligne pour des raison de formation, ils se voyaient dans l’impossibilité de répondre à des offres d’emploi et donc de se voir à terme radier des listes de l’ANPE  !

Cet exemple montre s’il le fallait que l’on ne peut décréter la dématérialisation des services sans se soucier de toute une frange de la population pour qui l’accès aux TIC reste encore une difficulté. L’exemple de la dématérialisation des petites annonces de l’ANPE depuis 2006 montre que la fameuse fracture numérique est réelle et peut-être dramatique dans le quotidien des personnes les plus démunis. Mais il en est et en sera de même pour toutes les autre innovations si impressionnante techniquement soient-elles.

Dès lors il devient inconcevable qu’aucune disposition ne soient prise pour la mise en ligne des services administrative ne soit pas accompagnée. L’accompagnement n’est pas la mise à disposition de point d’accès ! Les  collectivités considèrent qu’elles jouent leur rôle en ouvrant des espaces publics . Certes, les animateurs de ses espaces, confrontés à la réalités, organisent des sensibilisations thématique, permettant de faire découvrir les différents services en ligne. Mais est-ce suffisant ?

Ces personnes qui sont confrontées aux difficultés ne se tournent pas spontanément vers les EPN. Il convient donc que les administrations, et notamment celles qui s’engagent résolument dans la dématérialisation prennent leurs responsabilités soit en organisant l’accompagnement de leur publics, soit dans le cadre des collaboration avec les EPN ou  les structures qui font office de.

Hors aujourd’hui cela reste de l’ordre du volontariat ou de l’opportunité. Ainsi c’est parce que la m@ison a interpellé l’ANPE de Givors qu’a pu se mettre en place un accompagnement des demandeurs d’emploi et trouver les financements auprès dans le cadre du Contrat Urbain de Cohésion Social de Givors. C’est parce que d’autre directeur d’ANPE en ont en échos que l’opération s’est reproduite dans d’autre lieu . On ne peut décider de modification majeur des conditions d’accueils  et des services rendus aux usagers sans se garantir que les conditions soient réunies pour tous puissent continuer à avoir accès aux services.

Ce que certains élus très tôt comme René Balme, René Trégouet ou encore Michel Briand, ont compris en considérant qu’il convenait d’engager des politiques d’envergure si l’on ne voulait pas se trouver face à de nouvelles fractures sociales, est de plus en plus une réalité.

Il faut que l’état, les administrations, les collectivités territoriales, face à ce qui maintenant est devenue incomtournable et irréversible, l’émergeance dans TIC dans tous les strates de l’organisation de la société, prennent leurs responsabilités et mettent en oeuvre de véritables services publics d’accompagnement aux usages des TIC.