Liberté individuelle et Internet: maîtriser l’information que l’on donne !

big-brotherMoteurs de recherche, sites communautaires, plate-formes vidéo, autant d’outils pour connaitre potentiellement tout de vous. En sommes-nous tous conscients, et avons nous perçu toute la portée des informations qui circulent sur les uns et les autres ?

C’est le week-end, il pleut ! J’ai quelques minutes à moi . Et si j’allais faire un tour sur le net pour essayer de reprendre contact avec des amis perdus de longue date ? Alors bien évidement un premier tour sur Copains d’avants . Puis après avoir retrouvé deux ou trois connaissances je vais sur 123 people, Pour certain rien ! Pour d’autres je trouve un blog personnel, voir deux ou trois commentaires laissés ci et là ! Pour d’autres par contre, bonjour ! je sais presque tout sur leur vie, leurs points de vues philosophiques, leur parcours professionnel, …Bref tout un tas d’infos qui me dresse un état presque complet de leur parcours depuis que je les ai perdu de vue . En bref si je me sens trop éloigné de tout ce qu’ils pensent, et si  je ne sus pas ouvert au débat, je peux me dispenser de reprendre contact ! D’ailleurs le site est clair dans sa présentation : Trouvez vos (futurs) proches! 123people permet de rechercher des données personnelles publiques sur le web, extraites de plateformes communautaires. Rajoutez les autres moteurs de recherche plus classique et vous avez très rapidement les informations qui vous manquent.

Si internet était réservé à eux et moi, rien de dramatique ! Mais ce n’est pas le cas.

Alors on imagine aisément à quoi servent ou peuvent servir toutes les informations personnelles que bien souvent involontairement on publie sur le net. Imaginons tous ces jeunes qui usent et usent encore du net. Ont-ils envisagés ce que les informations qu’ils divulguent ou les propos qu’ils tiennent, que l’on peut  aujourd’hui sous le prisme de leur jeune âge, certains en feront quand il faudra rentrer dans la vie sociale et professionnelle.

Il convient alors d’être informé sur ces possibilités de « scanner votre vie », des droits que nous avons quant aux informations qui sont divulguées sur votre vieLa limite cependant, c’est que les informations qui sont agrégées par les moteurs de recherche, émanent pour partie de nous-même.

Alors faut-il s’arrêter de publier, de répondre à des questionnaires ou même encore acheter sur internet. Une fois de plus se pose la question de la formation, de l’information, afin d’assurer pleinement ses responsabilités sur la toile.

Voilà donc une nouvelle problématique pour les animateurs des EPN, mais également par tous les pédagogues, animateurs, et autres éducateurs. Cette question de la maîtrise de l’information doit être nécessairement faire partie des axes de formation dispensés aux jeunes et aux moins jeunes quant aux usages qu’il font de l’internet.

Cette question interroge également sur sa responsabilité vis à vis de soit même mais aussi vis à vis des autres. Si l’on considère que la responsabilité  c’est être conscient de ses actes et en maîtriser les conséquences, il faut aider notamment les jeunes à mesurer l’ensemble des conséquences de leurs pratiques sur leur avenir, et il faut également les alerter sur les responsabilités qu’ils prennent lorsqu’ils s’expriment sur leurs amis, leurs parents, …

Pour ma part, c’est vrai que je me suis posé la question en ouvrant ce blog. Au delà du fait que je voulais maîtriser l’information qui se diffusait sur moi, je souhaitais en apporter les compléments en donnant à lire ce que sont mes principes de vie, et partager mes expériences. Mais je me suis fixé des règles:

  • Assumer ce que je dévoile de moi.
  • Ne jamais parler des miens, sauf si une partie de leur vie est publique.
  • Ne jamais évoquer publiquement ce que mes amis ou connaissances n’ont eux même rendu public ou initiés publiquement.
  • Plus globalement que mes propos vis à vis d’autres soit emprunt de mes valeurs.

L’exercice est difficile, mais il a un mérite c’est qu’il oblige à être cohérent, ou alors à reconnaitre d’un écrit à l’autre ses erreurs ou ses changements d’avis. Car de ce point de vue l’internet ne fait pas de cadeau. Je vous invite à ce propos à regarder cette petite vidéo.