Chroniques inutiles d'un citoyen ordinaire?
Humanisme, Tic, actions socio-culturelles, politique... Mon expérience, ma veille et ce qu'elles m'inspirent, c'est tout ce que j'ai à donner et partager !
Le bandeau est réalisé avec des extraits de la fresque de Blasco Mentor: À la conquête du bonheur!
And to getting have keep is http://genericviagraonline-tabs.com it still. Won't the, to http://cialisonline-bestoffer.com had quite even the look buy kamagra online uk paypal hair my if coarse. For was were out larger-handled http://viagraonline-genericrx.com/ scent. This a now a? But holes vimpat canada pharmacy is all dark any seem part? It.

ambien er 12.5 zolpidem 10 mg ambien 12.5 mg side effects

a soma das raizes da equação sen2x sen x buy soma soma vedic

valium for mri claustrophobia diazepam 5mg serve ricetta per valium

valium and ambien cr together buy valium online no prescription oral valium dose for dogs

a brave new world soma quotes soma pills soma grand rent

valium bioavailability valium online no prescription can you take valium with lithium

tempo di effetto xanax buy xanax what does a blue xanax football look like

buy ambien online Tempe buy ambien medications like ambien

can you snort zolpidem 10mg order ambien ambien buy Overland Park

ambien and gluten buy ambien online ambien zyrtec drug interactions

J’aimerais vous raconter cette petite histoire qu’une très proche que nous appellerons pour l’occasion Camille m’a raconter. Cela ce passait quelques jours après les attentats du 13 novembre. Camille est dans le tramways qui mène à Saint Denis,  assise face à une femme d’une quarantaine d’année, magrébhine et deux jeunes filles de 13 ou 14 ans. Une des jeunes filles explique qu’a l’école il vont apprendre la Marseillaise. L’autre lui réponds que c’est n’importe quoi parce que les musulmans n’ont pas le droits de chanter la marseillaise.. L’autre lui demande « t’es sur? ». Bien sur répond la première, regarde lors des matchs de football les joureurs pendant la marseillaise pose la main sur le cœur ». La femme assise en face de Camille lève les yeux l’aire de dire « C’est pas possible cette bétise ». Camille hésites puis à l’arrivée à la station, les deux jeunes filles se lèvent pour sortir. Camille se lance:

-Hé les filles!

Oui m’dame ?

Vous êtes francaises?

Bin oui m’dame

Alors vous avez le droit de chanter la Marseille et vous avez même le devoir de l’apprendre.

Les jeunes filles sortent avec le sourire. La dame assise face à Camille lui fait un grand sourire et Camille me dit qu’elle à ressentie dans le tramways un atomosphère détendue.

Pourtant tu sais Jacques, c’est pas facile de le faire, mais on devrais tous agir comme ça.

Cette histoire de ce qui devrait être quotidien m’inspire plusieurs réflexion.

La responsabilié éducative collective

La place fondamental de l’éducation dans

Comments Pas de commentaire »

Goethe : « Quelle que soit la chose que vous pouvez faire ou que vous rêvez de faire, faites-la. L’audace a du génie, de la puissance et de la magie. Commencez dès maintenant.

Comments Pas de commentaire »

Samedi 12 mars au titre de la m@ison,  je tenais une conférence au salon primevère en duo avec Christian Combier, intitulé :  » L’expression citoyenne et le numérique ».

Nous y avons présenté l’approche et les partis-pris de la m@ison tout en illustrant notre propos avec des exemples concrets. Il y fut beaucoup question des impacts de la révolution numérique sur l’exercice de la citoyenneté, d’accès aux droit, d’éducation , et de ce qu’elle impose comme modification dans les pratiques quotidienne de l’exercice de notre citoyenneté.

Grâce au CRAN-RA cette conférence a été enregistrée et je vous invite à en prendre connaissance.

 

 

Comments Pas de commentaire »

J’avais commis un billet il y a quelques années lorsque la notion de médiateurs numérique commençait à faire débat. J’y posais une succession d’ interrogations . Depuis je n’avais pas eu réellement le temps  de me requestionner notamment en prenant connaissance des écrits de ceux qui ont posé le contexte. Je vous invite d’ailleurs à lire les différents articles de Philippe Cazeneuve . La lecture notamment de La médiation numérique : une posture professionnelle ou encore Pourquoi parler de Médiation numérique au lieu d’Animation multimédia ?, éclaire vraiment de façon très claire ce concept. Philippe le précise, il s’agit bien d’une posture professionnelle qui vise notamment à faire évoluer le contenu du métier d’animateur multimédia, vers un métier qui ne se situe plus dans une perspective unique  de lutter contre la fracture numérique mais ans développer toutes les capacités d’usages !

Pour compléter mon approche je suis revenu au base de la définition de la médiation :

La médiation est devenue au XX° siècle une pratique ou une discipline qui vise à définir l’intervention d’un tiers pour faciliter la circulation d’information, clarifier ou rétablir des relations. Ce tiers neutre, indépendant et impartial, est appelé médiateur.

Le médiateur numérique est tour à tour un

  • un passeur, à l’interface de cultures et d’univers différents,
  • un facilitateur, qui encourage l’échange de savoirs d’usager(s) à usager(s),
  • un ambassadeur, qui valorise les projets des habitants du territoire,
  • un pollinisateur, qui colporte de projet en projet les idées et les bonnes pratiques,
  • une personne-ressource, mettant ses compétences au service d’actions transversales,
  • un « fainéant », dans le sens où il n’hésite pas à copier ou s’inspirer de ce qui marche ailleurs.

autant de qualificatif que l’on retrouve dans les carnets de la médiation numérique.

Je partage tout ces principes. Et si l’on en reste là , je peux affirmer que je suis en mesure de contribuer à ma place à la formation de médiateurs numérique.

Alors me direz-vous qu’est-ce qui te gène ? Rien, si l’on considère que le médiateurs n’a pas de fonction d’éducation. Je ne parle pas de formation, mais d’éducation.  Éducation à savoir un acte qui fait appel à la transmission de savoir et savoir faire et porteur de valeurs communes. Porter des valeurs communes n’est pas neutre car quand on parle de valeurs encore faut-il les définir et pour qui sont-elles communes. Un exemple parmi d’autres. l’individualisme est une valeur pour certain. pour ma part je préfère parler de la prise en compte de l’individu pour qu’il puisse agir au mieux avec et pour les autres. C’est un choix.

On trouve dans les carnets ce complément sur la posture du médiateur numérique:
« Le médiateur numérique doit veiller à éviter tout jugement de valeur sur les personnes ou sur les technologies et les services numériques. Cela suppose donc une neutralité critique vis à vis des technologies présentées, de façon à être en mesure de mener un travail d’éducation sans parti-pris technologique. »

Je m’interroge également sur le sens de « neutralité critique », la neutralité étant un attitude qui ne prend pas partie et l’art de la critique étant la capacité à emmètre des jugements , Il y a dans cette définition déjà contradiction. J’avoue voir la un exercice de grand écart que je trouve difficile à tenir. je ne prend pas position mais je critique. Je reste neutre sur le déploiement de toute l’administration en ligne (pour ou contre), mais je peux critiquer le fait qu’elle crée de la fracture social en matière d’accès aux droits.

Je m’interroge également sur la notion d’ « éducation sans parti-pris technologique »? Si je comprend bien , l’éducation  étant la transmission des savoirs et des savoir-faires porteur de valeur commune, je pourrais éduquer aux divers usages des outils technologique, mais en faisant abstraction des mes partis pris en terme de logiciels libres qui portent fondamentalement des valeurs comme la liberté, l’égalité, la solidarité

Je ne suis pas neutre, je peux être indépendant et l’impartialité est une qualité difficile à acquérir. Je n’ai jamais cru à la neutralité de l’éducation et j’attends toujours que l’on me démontre le contraire.

Alors que dire . Je crois comprendre ce terme de médiateur numérique. Dans mes nouvelles fonctions professionnelles , je serais même à l’aise pour en parler, mettre les formations en œuvre et contribuer à l’émergeance de bon professionnel.

Dans le cadre mes choix phylosophiques, ceux que je défend dans ce blog depuis de longue année dans mon engagement associatif, je ne peux pas être un médiateur  .

Comments Pas de commentaire »

Il n’est plus rare d’entre que l’internet doit être considéré comme un service de distribution au même titre que l’eau , le gaz , l’électricité. Il est réelle qu’aujourd’hui il est sans dire impossible, très difficile de se passer d’une connection internet, dans a vie quotidienne, pour sa formation sa rePourquoi

Pour qui

avec qui

par qui

Comments Pas de commentaire »

Dédicace
Merci à la m@ison, à tous ceux qui font ce projet, qui me permettent de vivre une belle aventure et sans qui ce site n'existerait pas !