Chroniques inutiles d'un citoyen ordinaire?
Humanisme, Tic, actions socio-culturelles, politique... Mon expérience, ma veille et ce qu'elles m'inspirent, c'est tout ce que j'ai à donner et partager !
Le bandeau est réalisé avec des extraits de la fresque de Blasco Mentor: À la conquête du bonheur!

tramadol high sleepy buy cheap tramadol can tramadol stop you getting pregnant

soma tacoma soma drug sheraton hotel soma bay resort

valium to sedate a cat buy valium online valium angstst¶rung

tramadol abuse how to tramadol 50 mg tramadol gts

buy ultram online Woodbridge cheap tramadol tramadol and ssri serotonin syndrome

xanax 5mg alprazolam buy xanax online 60 mg xanax lethal

sleep aid like ambien buy ambien what is best generic ambien

trailer de soma soma for sale atsu soma admissions

can you have one drink with ambien buy ambien online no prescription ambien high 20 mg

drug facts about tramadol buy tramadol online effets indГ©sirables du tramadol

Nicole Turbé Suetens nous a quitté. Comme tout ceux qui l’ont côtoyé cette disparition m’a touché.  Nicole était membre du conseil scientifique de la m@ison de Grigny. En fouillant dans cette histoire de nombreux souvenir me sont revenus en mémoire. Elle était venue au conseil scientifique pour apporter sa compétence sur les questions économiques et bien évidemment le télétravail . Avec elle nous avions défriché les usages du numérique pour les commerçants de proximité de Grigny. Elle avait également été à l’origine de notre mise en relation avec la GIZ .
Lorsque j’ai quitté la m@ison, Nicole avait suivi également le développement de mon activité et m’avait encouragé à me lancer dans l’aventure de la création de mon entreprise.

Mais Nicole pouvait être là ou on ne l’attendait pas  ! En forme d’hommage, je voudrais vous faire partager un texte que j’ai écrit alors que j’étais encore directeur de la m@ison et dont le contenu a été provoqué par l’une de ses interpellations. « Quand la modestie dessert l’humilité et la reconnaissance du travail accompli ! » .  Le commentaire  qu’elle a laissé est à l’image de l’attitude et du rôle qu’elle jouait au sein du conseil scientifique.

Ces échanges qui datent de 2010 me sont resté en mémoire et me servent au quotidien. Merci Nicole !

Comments Pas de commentaire »

maisonticEn 2002, lorsque le projet de la m@ison a démarré, je me rappelle une rencontre entre René Trégouhet, sénateur et conseiller général UMP du Rhône et René Balme, maire apparenté PCF de Grigny (69), fondateur de la m@ison .
Tous deux ont  partagé la difficulté d’être maire. Bien que n’ayant pas la même vision du monde, de la société, du service public, ils ont accepté de partager, malgré ces divergences de fond, la conviction que le numérique allait bouleverser la société et qu’il fallait, de ce point de vue, accompagner les changements et donc travailler ensemble.
Concrètement, cela a permis que, dès l’ouverture des locaux, nous disposions de matériel de qualité et innovant et que le premier site soit réalisé par des jeunes du lycée de Givors, formés pour l’occasion au centre Erasme qu’avait fondé René Trégouhet.

En 2014, avec le changement de municipalité, la m@ison n’a pas eu la chance d’avoir des interlocuteurs qui aient cette intelligence. Ainsi le président de l’Association a-t-il été obligé de constater et de déplorer une réduction drastique de la subvention municipale, :
«  La ville de Grigny vient de mettre en obligation le conseil d’administration de la m@ison de prendre la décision de déposer le bilan. Elle se prive ainsi, en la condamnant, d’une expertise reconnue localement, nationalement et internationalement ! »

L’association « la m@ison » a vécu. Le projet aura marqué, sans conteste, l’histoire du développement du numérique en Rhône-Alpes et en France. Je ne doute pas que ceux qui auront croisé son chemin et auront bénéficié de son expertise se souviendront longtemps de ce qui fut une belle aventure.

La m@ison, ce fut, avant toute chose, une fabuleuse histoire humaine. Des premières animations en appartement aux animations de quartiers, c’est cette proximité avec le public qui aura marqué la démarche de la m@ison.
Cette proximité est le fruit du travail et de l’engouement des 75 personnes qui, à l’origine, ont contribué à la conception puis à la mise en œuvre du projet de la m@ison. Ce ne fut pas un chemin tranquille. Ce fut parfois difficile, mais si exaltant !

De ce projet qui fait référence et dont chacun s’accorde à souligner l’impact sur les démarches d’éducation populaire et le numérique, il faut retenir les mots clés suivants :

* proximité : pour sensibiliser, former, agir et produire dans l’environnement quotidien des habitants.

* mission de service public : afin de garantir l’accès pour tous et de ne laisser personne au bord du chemin de la société numérique.

* lien social : car la m@ison a démontré, dès 2002, que, loin d’isoler, le numérique rapproche, permet l’échange et le partage des compétences, la solidarité.

* culture libre : au-delà des logiciels libres, la m@ison a permis la diffusion, l’expression, l’appropriation, en dehors de toute démarche privatisant l’intelligence, le savoir, l’expertise, la créativité.

* éducation populaire : car la m@ison fut créée, avec et pour les habitants, à partir de leurs attentes , de leurs besoins , sans jamais céder à la facilité et avec cette exigence permanente de la formation tout au long de la vie.

La m@ison, ce sont des valeurs : la liberté, la fraternité, la solidarité, le goût de l’effort, la créativité ….

La m@ison, ce furent des projets marquants, exaltants, du jeu d’éducation à la citoyenneté au portail des solidarités, sans oublier la biennale, les missions internationales, les interventions dans les collèges, les maison de retraite, les formations des acteurs éducatifs, …

La m@ison, ce furent d’innombrables collaborations et cette volonté permanente de partager et de diffuser au sein des réseaux et structures du numérique citoyen : CORAIA ( qu’elle animait), Créatif, Villes Internet, ALDIL, Groupe Média des Francas, ….

La m@ison, ce furent d’extraordinaires rencontres humaines : un engagement militant des bénévoles et professionnels de l’association, un réseau d’amis de la m@ison, ( notamment ceux du conseil scientifique), des partenaires avec qui elle a partagé la même ambition d’un internet libre et citoyen, …

Que vive la m@ison !
Car ses contributions, son expérience, son expertise sont et ont toujours été du domaine public, et chacun pourra continuer à se les approprier et à s’en inspirer.

À nous tous qui l’avons fait vivre, qui l’avons côtoyée, souvenons-nous que « la m@ison », cela veut dire : « Mutualiser (@) l’information et les savoirs pour l’ouverture au numérique ».

Que vive la m@ison !
Pour ma part, c’est une expérience, des objectifs, des partis-pris, des savoirs et savoir-faire acquis et auxquels je continuerai de me référer.
C’est un projet qui aura profondément marqué mon parcours professionnel et mon engagement et auquel je suis très fier d’avoir apporté ma contribution .

Que vive la m@ison ! Et naisse de projets qui prolongent et développent les partis pris de la m@ison !!!

vidéo réalisée en 2007, qui montre la richesse du projet.

Comments Pas de commentaire »

Aldo CiredduTu me connais, Aldo, je suis très pointilleux sur la nature de ce que je publie sur Internet. J’essaie de mettre en  cohérence mes actes avec mes propos . Ainsi, lorsque j’interviens, notamment sur l’identité numérique, j’invite chacun à se positionner, notamment, sur l’image publique et privée. Je ne juge pas, mais j’invite à faire des choix maîtrisés. Pour ma part, je m’en suis toujours tenu à la règle suivante  :  soit je publie dans un cadre professionnel, soit mes publications n’engagent que moi, mes propos pouvant alimenter des débats, des réflexions. Ce ne sont alors que des contributions.

Alors, pourquoi parler de toi, ce soir, Aldo ? Pourquoi, ce soir, déroger à la règle ?
Mon petit ego personnel m’a fait revendiquer, avec un peu de fierté , à travers les réseaux sociaux, qu’un de mes textes servait de support à un travail de formation pour des étudiants. Un texte sur le sens des mots « ami » et « amitié ». Si j’ai envie de parler de toi, Aldo, c’est que tu as laissé à ceux que tu côtoyais, un héritage de vie qui mérite d’être partagé.

Qu’ai-je retenu de notre chemin commun ?

« Le bonheur, ça se mérite » disais-tu. Tu avais su faire un atout des handicaps de la vie . Si tes genoux ne te portaient plus, ce n’était pas grave : tu leur faisais danser la gigue ! Si ton sang te jouait des tours, tu lui faisais faire un tour de la Terre. Ton corps meurtri s’effaçait devant ta jovialité, ton courage et ta ténacité ! L’image que tu donnais ainsi t’autorisait à bousculer tes proches, tes amis, dès lors que l’un ou l’autre se laissaient aller.

On ne vit pas sa vie par procuration. Pourtant, tout aurait pu t’y pousser : la maladie qui te rongeait les os, les douleurs récurrentes… Malgré tout ça, tu avais trouvé le bonheur. Un amour, un mariage, des enfants, des voyages… Une vie sans procuration, mais avec une reconnaissance infinie envers ceux qui ont partagé ton chemin.
Tu avais su trouver le juste équilibre entre la dure réalité de la maladie et ta manière de faire comme si la vie était normale pour toi.  Quant à moi,  j’avais dû dépasser ma pudeur pour te dire, avant que tu ne partes, mon admiration et mon amour !

On a tous croisé, dans nos vies, des personnages qui nous marquent, nous inspirent. Certains d’entre eux ont une influence réelle sur la façon dont nous allons poursuivre notre chemin. On les compte souvent sur les doigts d’une seule main. Un peu plus de deux ans que tu es parti, et tu fais toujours partie de ceux-là ! Je prends l’initiative de laisser de toi cette trace sur le net, comme une petite étoile qui continuera de briller, comme un bel exemple de vie .

Aldo, mon ami ! Excuse le  possessif, mais il témoigne de l’immense bonheur que nous avons eu de nous croiser et de partager.

Comments Pas de commentaire »

Pourquoi redire ce que d’autre exprime avec tant de talent ? Je vous invite à lire, relire et partager  les vœux d’Ariane Mnouchkine

« Mes chères concitoyennes, mes chers concitoyens,

À l’aube de cette année 2014, je vous souhaite beaucoup de bonheur.

Une fois dit ça… qu’ai-je dit? Que souhaité-je vraiment ?

Je m’explique :

Je nous souhaite d’abord une fuite périlleuse et ensuite un immense chantier.

D’abord fuir la peste de cette tristesse gluante, que par tombereaux entiers, tous les jours, on déverse sur nous, cette vase venimeuse, faite de haine de soi, de haine de l’autre, de méfiance de tout le monde, de ressentiments passifs et contagieux, d’amertumes stériles, de hargnes persécutoires.

Fuir l’incrédulité ricanante, enflée de sa propre importance, fuir les triomphants prophètes de l’échec inévitable, fuir les pleureurs et vestales d’un passé avorté à jamais et barrant tout futur.

Une fois réussie cette difficile évasion, je nous souhaite un chantier, Lire la suite »

Comments Un commentaire »

Article également publié sur le fil des idées

L’intelligence, matière première de la société de l’information.

Les mutations profondes dues aux technologies de l’information et de la communication, même si elles sont déjà impressionnantes, ne font que commencer. Les usages du numérique qu’elles génèrent envahissent tous les instants de notre existence. Certains n’hésitent pas à comparer ce que nous vivons à la révolution industrielle . Des intellectuels comme Jacques RobinVéronique Kleck ou encore Patrick Viveret expliquent que si les TIC entraînent une modification profonde de nos sociétés, cette révolution est cependant tout à fait différente de ce qui a été vécu au XIX ème siècle pour deux raisons essentielles :

  • le rythme de cette révolution, car là où il a fallu 200 ans pour la révolution industrielle, il en aura fallu seulement 50  pour la révolution technologique dont le rythme ne cesse de s’accélérer.
  • la matière produite par la révolution technologique est avant tout celle de l’intelligence.

Parler de participation des habitants et du numérique revient donc à parler d’intelligence collective, de notre capacité, non seulement à utiliser notamment le web pour s’informer et se former, mais également contribuer et participer .

À l’heure où

il convient de nous interroger sur la place des usages du numérique dans la recherche d’une citoyenneté renouvelée.

lire la suite sur mon site professionnel

Comments 7 commentaires »

Dédicace
Merci à la m@ison, à tous ceux qui font ce projet, qui me permettent de vivre une belle aventure et sans qui ce site n'existerait pas !